CookiesAccept

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Rénover aujourd’hui pour mieux vivre demain

Maîtriser la température de son logement

Maîtriser la température de son logement, c’est s’assurer confort et bien-être au quotidien. C’est également la possibilité de réaliser de réelles économies d’énergie et ainsi réduire sa facture. Le chauffage des habitations est réalisé à partir d’appareils individuels destinés à chauffer une seule pièce, ou d’un chauffage central qui permet de choisir tout type d’énergie. 

Le chauffage est à l’origine de bon nombre d’idées reçues. On fait généralement son choix, en fonction d’un seul critère, le prix d’achat, sans tenir compte du prix de l’énergie et sans savoir si ce choix est bien adapté à notre habitation. 

Au sein du poste logement, ce sont le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire qui sont les postes les plus importants en termes de dépenses et de consommation d’énergie. 

En 2006, d’après l’Observatoire de l’Énergie, près de 85% de la consommation énergétique des Français concerne le chauffage, contre moins de 75% en 1985.

Conseils

Conseils

Il existe 4 types de chauffage :

   ∗Chauffage centralisé par une chaudière

   ∗Chauffage électrique

   ∗Chauffage par une pompe à chaleur

   ∗Chauffage par énergies renouvelables

Chauffage centralisé par une chaudière

Le système du chauffage centralisé est géré par une chaudière qui procure le confort général de toute la maison. La chaudière permet une répartition de la chaleur équilibrée et agréable, sans assécher l’air, mais également la production instantanée ou par accumulation d’eau chaude sanitaire pour le bain ou la cuisine. 

Pour choisir votre équipement, il vous faut donc tenir compte de l’investissement nécessaire pour l’achat et la pose, des coûts d’usage (consommation et entretien), de la durabilité, de vos habitudes de consommation ainsi que de votre mode de vie, mais aussi des usages (chauffage ou chauffage avec production d’eau chaude sanitaire). 

Vous avez le choix entre 3 types de chaudières :

•   Chaudières à haut rendement

Ce type de chaudières est optimisé par rapport aux modèles anciens afin de consommer moins d’énergie et réduire votre consommation de 10 à 30 %. Les parois des chaudières sont mieux isolées ce qui permet de limiter les déperditions thermiques, d’utiliser le pouvoir calorifique de l’énergie au maximum et d’atteindre un rendement de 90%.

•   Chaudières basse température

Ces chaudières sont encore plus économiques, car pour chauffer l’eau qui alimente le réseau de chauffage, la température s’élève au maximum à 60°. Elles peuvent cependant fonctionner à une température supérieure et monter à 90°en cas de forte nécessité lors de grands froids. Ces chaudières procurent une sensation de confort très agréable et permettent de réaliser des économies d’énergie de 12 à 15% par rapport aux chaudières standards. Ces chaudières peuvent être connectées aux réseaux de chauffage habituels tels que plancher chauffant, radiateurs ou s’adapter également à vos émetteurs existants lors de petits travaux d’aménagement.

•   Chaudières à condensation

Ces chaudières sont les plus performantes et procurent le plus de confort. Elles permettent de réaliser les gains de consommation les plus élevés et sont également les moins polluantes car elles produisent moins de gaz carbonique et moins d’oxydes d’azote. Ces chaudières récupèrent de l’énergie en condensant la vapeur d’eau des gaz de combustion. Elles peuvent êtres connectées aux réseaux de chauffage standard tels que plancher chauffant ou radiateurs et permettent d’arriver à un rendement supérieur à 100% et par conséquence de réduire votre consommation énergétique de 15 à 20% par rapport à une chaudière haut rendement. 

Les chaudières à condensation sont les seules aujourd’hui qui bénéficient du dispositif fiscal du Crédit d’impôt

Pour être plus efficace il est préférable d’installer avec ces chaudières les radiateurs ou planchers chauffants dits « chaleur douce », qui fonctionnent à basse température. 

Par la suite vous pouvez faire le choix entre les radiateurs qui vont dépendre du type de chaudière choisie, ou opter pour un plancher chauffant. Le Maître d’œuvre A.T.A.K. vous guidera dans ce choix en fonction des possibilités de votre logement et en fonction de vos souhaits et du budget de vos travaux de rénovation. 

N’oubliez pas d’installer un thermostat d’ambiance avec programmateur, ainsi que les robinets thermostatiques pour un confort sans gaspillage. 

 Chauffage électrique 

 L’installation de ce type de chauffage est la moins onéreuse, cependant elle a plusieurs inconvénients. Elle devient couteuse à la consommation et est moins agréable pour le confort respiratoire. Cependant, les radiateurs électriques deviennent de plus en plus performants et ce type de chauffage est idéal pour les tout petits logements comme les studios. 

On distingue 4 types d’émetteurs électriques :

•   Les convecteurs

Le chauffage est produit par convection : l’air froid entre par le bas du convecteur, puis est réchauffé en passant sur une résistance électrique et ressort par une grille frontale en haut de l’appareil. L’investissement pour ce type d’émetteurs est le plus faible (80 € à 300 €), mais s’avère le plus gourmand en énergie. 

Les convecteurs réagissent très rapidement à la demande de chauffage, et la mise en température est très vite atteinte. 

Cependant, on les déconseille pour les pièces à grande hauteur sous plafond, car l’air chaud monte et provoque une sensation de chaud-froid ou de courant d’air. Ce type de chauffage, bien qu’il reste efficace, procure un niveau de confort assez faible notamment du fait du dessèchement de l’air. 

On ne recommande pas les convecteurs dans le cas de problèmes respiratoires : asthmes, allergies respiratoires.

•   Les panneaux rayonnants ou radiants

Ce type d’émetteurs procure un niveau de confort supérieur aux convecteurs. Ils contiennent une plaque chauffée par une résistance qui permet au radiateur de diffuser sa chaleur aux corps, objets et parois, qui réchauffent à leur tour l’air ambiant. 

Pour une répartition homogène de la chaleur, il faut prévoir un panneau rayonnant pour une pièce de 15 à 20m². Les surfaces plus importantes nécessiteront plusieurs appareils, réglés sur la même température. Leurs prix sont supérieurs à de simples convecteurs :de 180 € pour un modèle de salle de bain à 1.000 € pour les modèles les plus performants.

•   Les radiateurs à accumulation

Ce type de radiateurs restituent la chaleur par rayonnement. Des résistances chauffent un noyau réfractaire. Celui-ci stocke la chaleur nécessaire et suffisante, produite pendant les heures creuses, pour la restituer en journée. Attention : un véritable radiateur à accumulation pèse plus de 100kg et mesure environ 25cm de large.

•   Les planchers et plafonds chauffants électriques

Ce système de chauffage est intéressant uniquement pour les pièces avec une hauteur sous plafond comprise entre 2m40 et 6m.

Un plancher rayonnant électrique se constitue de câbles électriques chauffants que l’on trouve sous 2 formes :

   •le chauffage direct : le câble chauffage direct : le câble assure la quasi-totalité du chauffage de la pièce et est régulé par un thermostat d’ambiance qui active le chauffage selon les besoins

   •le chauffage à accumulation : le câble assure une base de chauffage en accumulant la chaleur nécessaire en heures creuses, puis un appoint direct est nécessaire

 Un plafond rayonnant électrique se compose d’un film chauffant collé sur un panneau isolant thermique, qui diffuse une chaleur douce et bien répartie. 

Attention : les planchers chauffants électriques n’autorisent pas la pose de moquette ou de parquet flottant et leurs coûts restent très importants (entre 40 € et 60 € le m²).

Chauffage par une pompe à chaleur

Les pompes à chaleur permettent de récupérer l’énergie de notre environnement : le sol, l’eau des nappes phréatiques, l’air. Ce sont des équipements qui permettent d’économiser les énergies fossiles tout en limitant les rejets de gaz à effet de serre.

 

Il existe plusieurs types :

   •pompes aérothermiques qui puisent la chaleur dans l’air

   •pompes géothermiques qui puisent la chaleur dans le sol ou l’eau des nappes phréatiques

Pompes aérothermiques

Ce système de chauffage commence à être très rependu aujourd’hui et peut par ailleurs bénéficier des avantages fiscaux tels que Crédit d’impôt ou Prêt à taux 0%, car il permet de réaliser des économies d’énergie et favorise le développement durable. 

Les pompes à chaleur (PAC) aérothermiques puisent les calories de l’air ambiant (intérieur ou extérieur au logement) et sont plus simples d’installation par rapport aux pompes géothermiques, car l’air est une source de chaleur facilement exploitable, sans capteur à installer et sans autorisation spéciale. Ces pompes peuvent donc être installées lors de travaux de rénovation d’une maison ancienne ainsi que lors de travaux d’aménagement d’une maison neuve. 

 Conseils

 Il existe des pompes à chaleur aérothermiques qui puisent l’air de l’extérieur et d’autres qui utilisent l’air de l’intérieur du logement. 

Une pompe extérieur/eau chauffe l’eau d’un circuit de chauffage et envoie cette eau chaude vers les émetteurs habituels : planchers chauffants, radiateurs basse température et/ou des ventilo-convecteurs.

Une pompe air extérieur / air intérieur chauffe directement l’air du logement par le biais d’un ou plusieurs ventilo-convecteurs à détente directe.

Les pompes à chaleur sur air extérieur peuvent être réversibles et assurer le rafraîchissement du logement en été.

La pompe à chaleur air extrait / air neuf ou VMC double flux thermodynamique (système de ventilation (lien)) couple une ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux et une pompe à chaleur. Elle assure à la fois le renouvellement de l’air du logement et son préchauffage : la PAC récupère la chaleur de l’air extrait par la VMC dans les pièces de service (cuisine, salle de bains et WC) et préchauffe ainsi l’air neuf soufflé dans les pièces à vivre (séjour, chambres).

Conseils

 Afin d’assurer le bon fonctionnement de ce système de chauffage, il est nécessaire de mettre en place un espace d’environ 2cm au bas des portes pour laisser circuler l’air. Ce système est également réversible et peut rafraichir la maison en été. 

 

Les PAC aérothermiques intègrent toujours un système de chauffage d’appoint pour assurer le manque d’air chaud lorsqu’il fait très froid dehors. 

Les PAC air-eau peuvent également être intégrées à votre système de chauffage existant classique en relève de la chaudière, afin de réaliser des économies d’énergie.

Une PAC air extrait / air neuf ne couvre pas la totalité des besoins de chauffage : un chauffage complémentaire est toujours nécessaire.

Attention : certaines PAC aérothermiques sont bruyantes. En cas d’installation de la pompe à l’extérieur du logement, faites attention à ce qu’elle ne gêne pas les habitants de la maison, ni les voisins. Il se peut qu’il soit nécessaire de mettre en place des dispositifs pour limiter cette nuisance : écran anti-bruit, pose sur des plots anti-vibratiles…

 En copropriété, avant d’installer une PAC aérothermique, il faut vérifier que ce type d’appareil y est autorisé.

 Pompes géothermiques 

Cet équipement présente des performances très intéressantes, puisque, pour un kilowattheure d’énergie électrique consommé, il restitue trois à quatre kilowattheures de chaleur pour votre logement. Une bonne partie de votre chauffage peut donc être assurée par une énergie gratuite, renouvelable et non polluante prélevée dans le sol. Cependant, ces pompes sont beaucoup plus compliquées à installer car nécessitent un forage du sol, une grande surface de terrain, un respect des distances par rapport aux arbres et réseaux enterrés, des démarches administratives etc. ..

Chauffage par énergies renouvelables

Vous pouvez utiliser les énergies renouvelables pour assurer le chauffage de votre habitation. 

2 solutions se présentent : le bois et le solaire thermique.

   •Le bois

Il est l’une des premières sources d’énergie utilisées par l’homme et a une utilisation encore conséquente de nos jours. Il existe des chaudières manuelles à bûches et les chaudières automatiques. 

Avec un bois de bonne qualité et les appareils haut rendement que l’on trouve aujourd’hui, les chaudières manuelles à bûches offrent une combustion plus lente et plus efficace que les chaudières à bois traditionnelles. Elles distribuent la chaleur par l’intermédiaire du circuit de chauffage central et du ballon d’eau chaude sanitaire. Elles peuvent être à combustion verticale (rendement d’environ 50%), horizontale (rendement d’environ 60%) ou inversée (rendement d’environ 65%). 

Les chaudières automatiques offrent un chauffage complètement automatisé qui fonctionne avec des plaquettes ou des granulés. Ces chaudières sont plus compactes, offrent un fort pouvoir calorifique et une qualité constante et n’émettent pas de poussière. Elles sont plus chères au départ, mais sont plus performantes. Leur rendement atteint 80 à 90%. 

Il existe également des chaudières mixtes à double foyer : un pour le bois et l’autre pour les granulés.

   •Le solaire thermique

Le solaire thermique est composé de panneaux qui captent le rayonnement solaire et le transforment en énergie calorifique. Au départ, le solaire était dédié à la production d’eau chaude sanitaire mais aujourd’hui il est de plus en plus utilisé pour le chauffage en association avec d’autres énergies.

L’énergie solaire, qui est une source d’énergie gratuite, inépuisable et non polluante, peut en effet couvrir de 25 à 60% des besoins annuels de chauffage des bâtiments, selon la région et la taille de l’installation.

Attention aux idées reçues ! Ce système n’est pas uniquement intéressant dans les régions du Sud où l’ensoleillement est plus important. Il est également avantageux dans toutes les autres régions, car même en hiver et par temps nuageux il peut capter les rayons solaires. Cela permet des économies de chauffage non négligeables. 

Comme toute installation de chauffage centralisé, un système solaire combiné est constitué de 5 composants :

   •Le générateur et les capteurs solaires thermiques qui transforment le rayonnement solaire en énergie.

   •La distribution se fait par un système classique de tuyauterie

   •Le stockage est nécessaire pour pallier le manque de soleil

   •Les émetteurs qui distribuent la chaleur

   •La régulation pour le bon fonctionnement du système donne la priorité à l’énergie solaire quand celle-ci est disponible et assure le lien avec le chauffage d’appoint sans interférences.

 Il existe deux types de capteurs : 

Les capteurs non vitrés ne produisent qu’une faible augmentation de la température et sont souvent choisis pour le chauffage des piscines

Les capteurs plans permettent une augmentation de température jusqu’à + 70°C par rapport à la température de l’air ambiant et sont destinés à tout type de bâtiments. 

L’orientation idéale des capteurs doit se faire entre le sud-est et le sud-ouest et avoir une inclinaison entre 30et 60°.

La surface des capteurs doit varier entre 1 et 1,2 m² pour 10m² de surface habitable. 

L’implantation des capteurs peut être effectuée sur une toiture ou sur une terrasse, à même le sol ou en façade. Lors d’une pose sur une toiture, vous pouvez intégrer totalement vos panneaux solaires dans la toiture. Dans ce cas ils sont installés directement sur la charpente et remplacent les éléments de couverture. Cela peut se faire lors d’une rénovation de maison ancienne ou être directement prévu lors d’une construction d’une maison neuve. 

Pour le système de chauffage, il y a 2 possibilités :

   •La première solution est le plancher solaire direct  ; Il a pour principe d’injecter directement dans une dalle un liquide caloporteur, chauffé par les capteurs solaires thermiques. Cette dalle assure à la fois le stockage de l’énergie thermique et la restitution par rayonnement de la chaleur produite dans l’habitation.

   •La deuxième solution est l’hydro accumulation. La chaleur est stockée dans un ballon, et c’est l’eau du réservoir qui sert à alimenter le système de chauffage. Cette chaleur peut être diffusée par les radiateurs ou par le plancher chauffant.

Lors d’un projet de construction neuve ou lorsque vous envisagez des gros travaux de rénovation d’une maison ancienne, le choix d’un plancher solaire direct est plus approprié pour pouvoir effectuer la pose d’un plancher chauffant. Dans le cas où vous n’envisageriez pas de rénover une grosse partie de votre habitation, optez plutôt pour le système à hydro accumulation qui apporte une réponse plus souple et peut être utilisé avec les radiateurs basse température.

Lors d’un projet de construction neuve ou lorsque vous envisagez des gros travaux de rénovation d’une maison ancienne, le choix d’un plancher solaire direct est plus approprié pour pouvoir effectuer la pose d’un plancher chauffant. Dans le cas où vous n’envisageriez pas de rénover une grosse partie de votre habitation, optez plutôt pour le système à hydro accumulation qui apporte une réponse plus souple et peut être utilisé avec les radiateurs basse température. 

N’oubliez pas de consultez notre dossier Crédit d’impôt et Prêt à taux 0% pour rénover votre habitat en faisant des économies grâce aux avantages fiscaux et financiers.

Sources : ADEME, www.economiedenergie.fr 

Aller au haut